vendredi 6 décembre 2013

Tribune libre.

Complainte sous X (suite).



Vous m'avez reconnu ? Non ? Tant mieux, je tiens vraiment à l'anonymat.
Parce que moi, je commence vraiment à en avoir raz la touffe. Parait qu'on va passer bientôt en Argentine. Je sais, c'est un pays rêvé pour un chien de berger, surtout des Pyrénées vu le nombre de bergers basques qui s'y sont carapatés avec leurs clebs y'a quasiment 100 ans. Mais moi, on me fait des difficultés, y m'faut des papiers, des tampons et je sais pas quoi encore ... Du coup la M... et son Jacquot, y m'traînent chez le véto à Curutiba. C'est quoi, ça, courou quoi, couroux tout court oui ! Va y qu'on me farfouille dans les portugaises ( oui, quoi, c'est des brésiliennes, ici ), qu'on me soupèse les noix et pour finir, v'la t'y pas quelle m'enfonce un truc dans mon intimité, et devant tout le monde en plus, comme si j'avais pas ma petite pudeur. Tout ça pour dire que j'en ai pas: de la fièvre, tiens, un petit 36.4°, comme dab. Des vers non plus, j'en ai pas, c'est pas la peine de regarder, ça me chatouille mais ça me grattouille pas. C'est pas comme la M..., elle, elle s'gratte tout le temps. Non, pas le c..., ou alors discrètement, les jambes, le dos, le ventre : qu'est c'que j'me marre. L'a beau se tartiner de saloperie, si y'a un moustique, c'est pour sa pomme, ou pour celle de sa copine, N... Même qu'elles bouffent des pilules pour se donner mauvais goût ( comme si elle avaient bon goût naturellement!) Y s'en fout, le moustique: y pique, y recrache si c'est pas bon et y repique a côté, voir si c'est meilleur, c'est pour ça qu'elles comptent plus les piqûres.
En sortant du véto, m'emmènent à l'aéroport: j'ai vu le moment où y me recollaient dans la cage pour m'expédier by plane, mais bon, n'avaient pas les bons tampons, s'ont dû retourner chez la véto. Ah, ça, Curu je sais plus quoi, connaissent, et avec la circulation de tarés, le Jacquot, faisait pas son fiérot. Y sont quand même retournés à l'aéroport, mais les types en casquette, m'ont pas laissé rentrer. Ouf, retour en cellule. C'est pas rose non plus, faut pas croire, la cellule: à la télé, dans " La vie des animaux", j'ai vu un reportage sur les humains en prison, y'en a plein qui se pendent dans leur cellule! Du coup, histoire de rigoler, je me suis entortillé le cou dans mon filet, pour leur mettre les foies: manque de bol, y sont rentrés qu'en fin d'aprem et j'ai failli y laisser la peau. Fallait voir sa tronche, à la M..., quand elle m'a trouvé, la langue comme une serpillière sur le plancher, les yeux qui jouaient les warnings. Ca m'apprendra à faire le con.
Bon j'vais essayer d'rentrer sans m'faire choper, j'l,entends qui aboît, la M..., ça va camphrer si elle trouve encore chez le voisin!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire