vendredi 4 août 2017

Rials et tomans.

Nous perdrons encore une bonne demie heure à trouver le bureau où nous devons déposer le récépissé d'importation des véhicules.
Toute ces formalités nous ont entraînés jusqu'à 14h. Mais compte tenu d'une heure et demie de décalage horaire, il n'est que 12h30, à table.
Nous déjeunons dans une "locanta", un restaurant turc. Premiers selfies à la demande du patron, et ce sera le cas pendant tout le voyage. Au moment de l'addition, (nous avons quelques (!) rials achetés en France) nous devons régler 95... 95 quoi ? Ah oui, faut rajouter des zéros. 9500? Non, ça doit être 95000 rials, mais pour 4, ça fait vraiment pas cher. A moins que ce ne soit des "tomans", cas auquel il y a lieu de rajouter encore un zéro pour avoir le prix en rials, et pour le coup, compte tenu du menu très simple, on pense qu'il nous a vu venir, tout aimable qu'il soit, le patron. Au bout du compte, nous finissons par nous y retrouver et payons donc notre repas pour presque un million de rials!
Nous gagnons le bureau de change voisin pour changer trois cents euros, sachant que nous ne pourrons nous servir de nos cartes bancaires.

Faisons le point:
La monnaie officielle est le rial. Pour un euro, on obtient 40 000 rials, mais comme ça fait beaucoup, on va plutôt parler en tomans, et ces 40 000 rials deviennent donc 4 000 tomans. Comme ça fait encore beaucoup, on peut aussi dire 40, qu'on écrit, pour une meilleure compréhension en chiffres indiens (ça lui ferait mal au poignet, au perse, d'utiliser les chiffres arabes!) Et puisqu'ils sont de bonne volonté, ces iraniens, puisqu'ils s'adressent à des étrangers, les plus au point diront forty, ou forty hundred, ou for thousand... reste à comprendre si l'on parle de tomans ou de rials... sans parler du moment où l'on a pas saisi si le brave marchand de pastèques demande fifty rials ou fifteen tomans !
Pour corser l'affaire, prenez un vieux billet de 500 000 rials, c'est écrit au verso: si vous le retournez, il y est écrit 50... pour 50 000 tomans comme sur les billets de 50 000, où c'est écrit 50 000 des deux côtés. Mais sur les nouveaux billets de 500 000, c'est bien 500 000 recto verso.





De tout façon, et quelque soit le billet, vous avez droit à l'engageant sourire de l'ayatollah Khomeini.
Tout le monde a suivi ?
Nous pas vraiment. Trente jours après il nous arrivait encore de donner un billet de 500 000 rials pour payer une botte de radis.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire